Mahama: Les réfugiés Burundais du 3ème âge nécessitent une assistance spéciale

Entré au camp de réfugiés burundais de Mahama, des groupes de personnes âgées vous accueillent avec des visages désespérés. Des femmes et des hommes sont assis souvent en groupe de cinq ou six devant leurs tentes. Ils échangent sur leur passé, chacun racontant son histoire. « Quand nous nous asseyons ensemble, nous parlons d’un peu de tout. Nous échangeons sur le passé, chacun racontant son passé, les raisons de son exil et les différentes périodes de crise que le Burundi a connu», raconte une vieille maman de 75 ans.
Ceux qui sont venus récemment éprouvent plus de difficultés que les anciens. Certains évoquent des problèmes de santé, d’autres ne s’adaptent pas au nouveau régime alimentaire composé de maïs, de la farine de maïs, du haricot, et de la bouillie. « A notre âge, nous sommes incapables de consommer tout ce que l’on nous donne. Tu vois par exemple que je n’ai pas de dents pour consommer les grains de maïs », raconte un vieillard. Il précise aussi qu’il a du mal à s’adapter aux conditions de logement car, selon lui, il dort presque à même le sol.
Un peu plus loin, un autre vieillard arrivé plusieurs mois avant, il s’est un peu adapté. Les voisins l’aident pour certains travaux : la cuisine, la recherche du boit de chauffe et de l’eau.
Ces Réfugiés très âgés sont dans la catégorie des plus vulnérables du camps de Mahama. Ils nécessitent une assistance spéciale : un logement, une assistance psychologique et une alimentation qui tiennent compte de leur fragilité.
Caritas- Rwanda appuie le HCR qui affirme être conscient des conditions difficiles dans lesquelles vivent ces Burundais réfugié du 3 ème âge
Jusque fin avril 2016, le camp de Mahama comptait près d’un millier de réfugiés burundais âgés de 60 ans et plus.


Publié le 24 / 05 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire