Makamba : Deux Personnes sous les verrous dont un élu collinaire à Nyanza Lac

Bandiko Bernard chef de colline en commune Nyanza lac et un certain Innocent sont sous les verrous depuis dimanche 1er janvier 2017.Selon des informations en provenance de la police, Bandiko Bernard serait poursuivi pour un téléphone qui lui a été attribué perdu et qui aurait été attrapé contenant des messages suspects.

Ce dernier affirme avoir perdu son portable depuis un certain sans toute fois avertir son chef hiérarchique. Ce chef de colline est membre du parti UPRONA aile Charles NDITIJE et élu chef de colline Buheka depuis 2005. Les membres de sa famille politique parlent d’une chasse à l’homme car l’administration a toujours cherché de le destituer de ses fonctions depuis longtemps.

Le deuxième affirme avoir acheté ce portable à un particulier dont il ignore l’identification. Les deux sont au cachot de la police au poste de MAKAMBA sur ordre du Service National de Renseignement et sans dossier depuis leur arrestation selon la police.

Le mois de janvier rime avec la flambée des prix de première nécessité en province Bubanza. Ils sont passé du simple au double pour certains produits vivriers cultivés sur place comme les patates douces, qui un tas passe de 500fr à 1000fr, les colocases et les bananes. Le ne baisse pas alors que c’est la récolte dans les périmètres rizicoles de Randa et une partie de la SRD Imbo. Le kg coûte 1700fr, 1 kg de farine de manioc coûte 1200fr pour une qualité modeste, c’est la première fois en province Bubanza. 1kg de farine de maïs coûte entre 1500à 2000fr selon la qualité. La pomme de terre, le sucre sont rares. Malgré l’annonce officielle du prix du sucre à 2200/kg, il coûte encore 2400 et en clandestinité.

Les produits brarudi sont disponibles mais à des prix non contrôlés, les détaillants rajoutent 100frs sur la bière primus qui est devenue rare.
Au marché de bubanza, les acheteurs se plaignent. Le mois de janvier sera très difficile. Le marché n’est pas bien approvisionné en vivre, la saison à ne s’est pas bien passée, suite à l’irrégularité de la pluie et aux semis tardifs. Les parasites ont aggravé la situation en attaquant les cultures du maïs.

Malgré la mesure prise par le gouverneur de province Bubanza pour empêcher les départs du riz non décortiqués vers d’autres provinces, le riz reste cher et en quantité insuffisante sur le marché. Les prix de haricots sont à leurs niveaux le élevé où la dernière qualité coûte 1700fr.

Les personnes à revenu fixe comme les fonctionnaires sont les plus affectés. Leurs revenus perçu en mi-décembre 2016, les ont mi dans une situation inconfortable: le mois de janvier est«un calvaire» pour eux.

Les décideurs politiques devraient adapter les salaires au coût de la vie. Les produits rares sur les marchés devraient être importés pour empêcher l’envolée des prix de première nécessité.


Publié le 4 / 01 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire