Ngozi-Agriculture : les agriculteurs confrontés au manque des semences et des intrants agricoles

Depuis les premières gouttes de pluie, les agriculteurs s’activent. Gashikanwa, Ngozi et Busiga les trois communes proche du chef-lieu de la province de Ngozi, les femmes les hommes et les jeunes disent que la pauvreté est un grand handicap. Ils ont payé les frais pour acheter l’engrais chimique à un prix de1500 francs burundais le kilo mais à quantité insuffisante faute de moyens.

Madame Kankindi, mère de six enfants dispose d’un petit terrain. Dans les conditions normales, elle doit payer pour 10 kg
mais elle n’a eu que 4 kg. Actuellement elle n’a pas de moyens pour les semences et encore moins les possibilités de se procurer des outils comme les houes et autres. Un kg de haricots nécessaire pour les semences coûte 1000 francs burundais.

Les difficultés sont très énormes. Madame Kankindi veuve comme d’autres vulnérables sont confrontés à toutes ces difficultés.

En dehors de toutes ces difficultés, pour les habitants de la province de Ngozi, la rentrée scolaire constitue également le blocage pour la saison culturale. Les frais que chaque famille dépense pour les cahiers et autres matériels est un casse-tête.


Publié le 21 / 09 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire