Pas de défection au sein de l’armée du Burundi, selon le porte parole de la FDN

Le Colonel Gaspard Baratuza, pour expliquer la mort de deux officiers, le Lieutenant-Colonel Darius Ikurakure et le Major Didier Muhimpundu parle d’un accident et qu’il n’y a pas de vengeance dans ce corps. Alors que le journaliste évoque un cas d’assassinat du côté d’une ethnie, que l’autre ethnie doit encaisser de perte en vies humaines, ce qui pourrait expliquer un climat malsain au sein de la force de défense nationale. L’exemple du cas d’assassinat du Lieutenant-Général Adolphe Nshimirimana qui a été suivi de l’assassinat du Colonel Jean Bikomagu, Gaspard Baratuza parle des cas d’accidents car dit- il : « les forces de l’ordre ont le premier devoir de protéger et non pas de tuer ». Dans une conférence publique avec les autres portes paroles des institutions étatiques à Muramvya ce vendredi 25 mars 2016, Gaspard Baratuza dit que tout va bien au corps de défense, en ignorant l’identité du criminel qui s’est introduit à l’Etat Major pour assassiner le Lieutenant-Colonel Darius Ikorakure. Cependant, il précise que les enquêtes sont en cours. Depuis un certain temps avec la crise que le Burundi traverse, la confiance se détériore parmi les forces de l’ordre ex-FAB et ex-PMPA. Les arrestations et la pourchasse des ex-forces armées burundaises ou des retraités dans l’armée ont aggravé la situation.


Publié le 25 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire