Politique : L’Assemblée Nationale burundaise vote pour le retrait du Burundi de la CPI

La Chambre basse du parlement burundais a analysé et adopté ce mercredi 12 octobre 2016 le projet de loi portant le retrait du Burundi de la Cour Pénale Internationale « CPI ». Sur 110 députés présents à l’hémicycle de Kigobe, 94 ont voté pour le retrait du Burundi de la CPI, 2 ont rejeté le projet de loi, et 14 se sont abstenus.
La plupart des députés affirment que les pays européens « instrumentalisent la Cour Pénale Internationale CPI pour mieux contrôler les pays africains. « La communauté internationale veut détruire le parti CNDD FDD et les institutions du pays qui émanent de ce parti », regrette honorable Gélase Daniel Ndabirabe.
L’honorable Edouard Nduwimana 2ème vice-président de l’AN estime qu’une erreur a été commise par les autorités du pays en 2003 lorsque le Burundi a ratifié le statut de Rome régissant la cour pénale Internationale. Pour cet élu de la circonscription de Kayanza , cette ratification viole la constitution de la République du Burundi.

Cependant, d’autres parlementaires comme Fabien Banciryanino se demandent pourquoi le gouvernement veut se retirer de la CPI dans la précipitation. « Des personnes sont assassinées et jetées dans des rivières au vu et au su de tout le monde donc cette cour internationale pourrait nous aider à châtier les auteurs de ces crimes », ajoute honorable Banciryanino. Pour lui, des crimes qui peuvent faire objet d’une enquête de la CPI existent au Burundi. Il avait proposé que le vote soit secret pour que les députés s’expriment librement mais le président de l’Assemblée Nationale Pascal Nyabenda a rejeté la demande.
Pour l’honorable Godeberthe Hatungimana, il est opportun de retirer le Burundi de la CPI Car le pays a déjà émis de mandats d’arrêt contre certains individus accusés de perturber la sécurité.
La Ministre de la Justice Aimée Laurentine Kanyana qui a représenté le gouvernement pour expliquer aux élus du peuple le bien fondé du retrait du Burundi de cette juridiction internationale a tranquillisé en expliquant que la justice locale punit sérieusement les auteurs des crimes sur lesquels la CPI veut enquêter. Elle estime que même d’autres pays africains devraient se retirer de la Cour Pénale Internationale.


Publié le 12 / 10 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire