Qui est Donald Trump et qu’attendent de lui les africains?

De son vrai nom Donald John Trump, le nouveau président des Etats Unis est né le 14 juin 1946 dans le Queens à New York. Il fut le cursus d’économie et décrocha un diplôme de la Wharton School of Finance de l’université de Pennsylvanie, avant de rejoindre l’entreprise familiale spécialisée dans l’immobilier. Donald apprend les rouages du métier sous la houlette de son père, et se montre très rapidement doué pour les affaires.

Après trois décennies en politique, l’idée de faire campagne qui lui trottait dans la tête depuis déjà un bon moment finit par prendre la forme. Trump, rythmé par une longue valse-hésitation songe à se présenter à la primaire républicaine pour la première en 1988 mais ce projet n’ira pas beaucoup plus loin.
Vainqueur des présidentielles de ce 8 novembre 2016 contre Hillary Clinton, Donald Trump va désormais occuper le bureau ovale dès janvier 2017 pour une période de quatre ans.

Les attentes des africains de cette legistrature de Trump son mitigées. Donald Trump a dit que sa priorité, c’est d’abord les Etats-Unis ; ce qui pourrait mener à une réorientation de la diplomatie américaine. Il a fait savoir qu’il est disposé à travailler avec la Russie pour éliminer le groupe Etat islamique et résoudre la crise Syrienne.
Pour certains africains, l’inquiétude et l’incertitude sont grandes. Surtout par rapport à la politique migratoire du nouveau président qui a tendance à non seulement restreindre la venue des migrants sur le sol américain, mais aussi à en chasser quelques-uns qui y sont déjà.

Autre motif d’inquiétudes pour les Africains, c’est le trait isolationniste de Donald Trump. En effet, s’étant fait élire avec l’engagement de redonner à la classe moyenne américaine blanche, sa prospérité perdue, il entend restituer les richesses du pays sur le sol américain. En d’autres termes, finies les délocalisations des entreprises américaines. Ce qui sonne comme une éventuelle suppression d’emplois dans les pays où sont présentes des sociétés américaines. Et dans la même optique, on peut même se demander si les aides américaines via les agences humanitaires et de développement ne seront pas coupées. Pour le continent africain où les défis en matière de santé, d’éducation, d’énergie, bref de développement socio économique sont immenses, cette perspective aussi a de quoi faire peur.


Publié le 9 / 11 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire