Rumonge : des agriculteurs désemparés après inondation de leurs champs

Des cultures de manioc, de mais, de riz, de patates douces et de haricots des vallées des rivières Murembwe et Dama sont ensevelies sous l’eau depuis jeudi 30 mars 2017. En cause ? Des pluies diluviennes mêlées de vents violents ont détruits tout à leur passage et provoqué la montée des eaux de ces rivières.

Ces vallées étaient normalement des périmètres de jeunes palmeraies appartenant aux particuliers. Les plus démunis qui n’ont pas de palmeraies sollicitent des lopins de terres à ceux qui en disposent pour y pratiquer l’agriculture des cultures vivrières.
Des habitants du centre urbains de Rumonge, de Mutambara en zone Gatete où se trouvent la plupart des rapatriés des villages de paix vivaient des produits vivriers de la vallée de Murembwe. Certains y possédaient des cultures d’autres démunis pouvaient facilement trouver de l’emploi. Dans la vallée de la rivière Dama vers la zone Kizuka, c’est surtout des habitants de la colline Mwange, Mbuga et Cunda qui y pratiquaient l’agriculture.

Toujours est-il que les propriétaires des palmeraies faisaient louer leurs terres pour cultiver des cultures vivrières et pouvaient vivre grâce à leur production. Actuellement, ces habitants sont dans le désarroi. Ils appellent à l’aide des bienfaiteurs surtout que ces précipitations avaient été précédées par une forte sécheresse.

Des responsables de la direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage dans la province Rumonge assistent impuissamment à ces inondations. Ce n’est pas pour la première fois que ces vallées soient inondées. Toutes les années, les agriculteurs deviennent victimes et enregistrent beaucoup de pertes sans que le ministère ayant dans ces attributions l’aménagement des marrais fasse une quelconque intervention pour drainer ces eaux.

La même semaine, des pluies torrentielles avaient détruit une trentaine de maisons des quartiers Iteba, Nkayamba et Gihwanya. Les victimes étaient des familles de faibles revenus dont les maisons n’étaient pas en matériaux durables. Ces familles vivent elles aussi dans la désolation et attendent d’être assistées en vivres, en couvertures et en tôles.

Les autorités administratives de la commune Rumonge affirment avoir déjà formulé une demande d’assistance aux sinistrés des catastrophes naturelles mais ce geste humanitaire tarde à venir selon cette population.


Publié le 3 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire