Rumonge : une manifestation contre l’amnistie aux putschistes et anti Kagame

Des témoins disent que les manifestants constitués d’hommes, de femmes et de jeunes du parti CNDD-FDD ont marché ce samedi 22 avril 2017 dans la ville de Rumonge. La marche était dirigée par l’administrateur de la commune Rumonge Céléstin Nitanga et par le gouverneur de cette province du sud du pays Juvénal Bigirimana.
Dans leurs discours, les deux autorités ont indiqué que les manifestants s’inscrivent en faux contre la proposition d’amnistie aux putschistes du 13 mai 2015 telle que l’avait sollicité le co-facilitateur dans la crise Burundaise Benjamin Mkapa.
Selon Céléstin Nitanga, aucun Etat au monde ne peut accorder une amnistie aux putschistes. « Ils doivent être arrêtés et traduit en justice », ajoute-t-il. Le même message est revenu dans le discours du gouverneur de la province de Rumonge qui, par la suite, a accusé le président Rwandais Paul Kagame d’héberger ces putschistes.
Ce gouverneur demande que le sommet des chefs d’Etats de l’EAC prévu le 10 mai 2017 ne donne pas la parole au président Kagame. Selon ce gouverneur, le président Rwandais ne peut pas été juge et partie dans le conflit Burundais.

Des militants des partis d’opposition à Rumonge ont mal accueilli les messages de ces autorités. Ils estiment que ce langage n’est pas de nature à apaiser la tension entre le Burundi et le Rwanda.
Dans la mairie de Bujumbura, une marche similaire a été organisée par des organisations de la société civile proches du pouvoir avec les mêmes messages.
Gilbert Njangwa Becaud a indiqué à nos confrères de la radio Isanganiro que ces organisations ont organisé une marche de paix pour manifester leur opposition à une amnistie aux putschistes.
En début du mois d’avril 2017, le co-facilitateur dans la crise Burundaise Benjamin Mkapa avait adressé une correspondance au président Pierre Nkurunziza, lui demandant d’amnistier les putschistes du 13 Mai 2015 pour permettre un dialogue inclusif en panne depuis quelques mois. Le président de la République lui a opposé une fin de non recevoir. A travers son porte parole, le président Nkurunziza a déclaré que l’amnistie aux putschistes serait une trahison contre le peuple Burundais.


Publié le 24 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire