SOS-Torture Burundi : condamne la précipitation dans le procès des militaires présumés dans l’attaque contre le camp de Mukoni

Cette organisation des défenseurs des droits de l’homme évoque en premier lieu, les actes de torture qu’ont subis les militaires arrêtés dans la foulée de l’attaque supposée du camp militaire de Mukoni à Muyinga. Dans ce procès, certains militaires avaient encore des traces de torture tandis que d’autres restent toujours dans un état de souffrance. Selon SOS-Torture Burundi, ils ont été transférés dans différentes prisons du pays après le procès historique du tribunal de grande instance de Muyinga qui a eu lieu dans une précipitation inouïe.

Avec un sang froid devant les souffrances physiques des prévenus qu’on venait de présenter, les juges n’ont pas hésité de les condamner en moins de 48 heures. Cette organisation s’étonne également de constater que ces présumés n’ont pas eu droit à une assistance médicale, devant des actes de tortures dont ils ont été victimes. Cette organisation de défense des droits de l’homme dénonce aussi le fait que les juges de ce tribunal les ont condamnés sans faire des enquêtes pour retrouver leurs tortionnaires.

Dans ce rapport sorti ce 4 février 2017, SOS-Torture Burundi relève au moins six personnes arrêtées arbitrairement dans différentes localités du pays.
Le rapport indique en outre que 186 burundais ont été extradés de force et en violation de toutes les conventions internationales en matière d’extradition ce mardi 31 janvier 2017 par les autorités congolaises vers le Burundi.
Ces personnes avaient pourtant demandé refuge en république démocratique du Congo. Le ministre de la justice Aimée Laurentine Kanyana qui les a accueillis à la frontière avait pourtant affirmé que ces personnes seraient remises à leurs familles respectives. SOS-Torture Burundi condamne l’emprisonnement de ces personnes alors qu’il n’y a pas de charges qui ont été établies contre elles.

Ce rapport précise aussi que cinq personnes ont été tuées pendant cette période dans différentes localités dont deux victimes retrouvées dans la zone de Ngagara à deux jours d’intervalle.


Publié le 7 / 02 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire