Seul le dialogue inclusif pourra redresser l’économie burundaise

La dégradation de la situation politico-sécuritaire au Burundi contraint les autorités burundaises à un dialogue inclusif. C’est du moins l’avis du vice-président de l’UPRONA non reconnu par le pouvoir de Bujumbura. Evariste Ngayimpenda estime que le gouvernement burundais n’affiche pas de volonté pour dialoguer avec ses opposants. Selon lui, le blocage de ce dialogue a des conséquences néfastes sur le développement du pays car, explique-t-il, le refus des autorités à dialoguer conduira le pays dans une misère extrême. Pour Evariste Ngayimpenda, le gouvernement aura failli à sa responsabilité de conduire le pays à la prospérité. Suivez


Publié le 10 / 05 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire