Six mois d’absence de l’Ombudsman : le bureau tourne difficilement

Les portes de certains bureaux sont ouvertes chez le siège officiel de l’Ombudsman absent depuis le mois de juillet. A l’arrivée ce lundi 08 février 2016 vers 11 heures 15 minutes pour notre reportage sur l’impact de cette absence relativement prolongée, une jeune dame nous accueille gentiment dans un bâtiment silencieux. Elle nous conduit au bureau du porte parole de l’Ombudsman. Il est fermé mais quelques minutes après monsieur Juma Rukumbi entre avec un sourire sur les lèvres. Il nous accueille lui aussi avec courtoisie. Deux de ses collègues qui étaient avec lui sortent et nous nous installons pour un entretien. Quelle est la situation de l’Ombudsman actuellement ? Pose-je comme première question. Très spontanément, il nous répond qu’il est en Belgique en état de convalescence sous la supervision d’un médecin. Deuxième question, êtes- vous en communication ? Personnellement non mais il parle régulièrement avec certains des responsables ici. Troisième question ; comment marche le travail en son absence ? Normalement, répond Rukumbi Juma. Une sous question, normalement vous dites ? Hum… disons normalement avec des difficultés. Quelles sont ces difficultés ? Il répond : le nombre de ceux qui nous saisissent a sensiblement diminué. Le peu de dossiers qui nous arrivent sont traités par le chef de cabinet et d’autres cadres mais il manque le suivi puisque c’est l’Ombudsman qui décide de la suite qu’il faut accorder à chaque dossier. En plus nous avons des problèmes de budget. Nous ne faisons plus de descentes qui exigent de l’argent. Certains de nos partenaires sont partis. Il ne nous reste que les Hollandais à travers le projet DSS. Nous terminons notre entretien sur la question : pensez-vous qu’il va rentrer avant la fin de son mandat ? Je ne sais pas. Puis Rukumbi Juma nous conduit dans le bureau du chef de cabinet. Une dame très réservée nous accueille à peine pendant moins de trois minutes et nous dit qu’elle n’a pas de temps pour parler avec nous. A chaque question, tous les employés du bureau de l’Ombudsman vous les voyez gênés et préfère vous répondre par un sourire artificiel.
L’Ombudsman burundais est parti au mois de juillet pour participer dans la 9ème session du Bureau Exécutif des Associations des Ombudsmans et médiateurs africain dont il est vice Président. Puis il a transité en Oman avant de se retrouver en Belgique pour ,selon ses proche et amis, se faire soigner alors qu’une certaine opinion disait qu’il était à la recherche d’un exil au lendemain de sa déclaration sur la crise burundaise qui n’avait pas plu son parti CNDD- FDD. Il avait semblé dire implicitement qu’il ne soutenait pas le troisième mandat de Pierre Nkurunziza


Publié le 8 / 02 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire