Trafic d’enfants ou adoption internationale ?

La Solidarité pour la Jeunesse et l’Enfance, SOJPAE en sigle, dénonce un phénomène de trafic d’enfants masqué pratiqué par certaines associations burundaises, ces dernières se cachant derrière l’adoption internationale.
Selon la Solidarité pour la Jeunesse et l’Enfance, SOJPAE en sigle, des cas des enfants admis et grandis dans des orphelinats de Makamba puis conduits à l’étranger, à l’insu de leurs proches, ont été récencés. SOJEPAE dénonce ce qu’elle assimile au trafic humain sous l’appellation d’adoption internationale. David Ninganza porte parole de la SOJPAE, explique qu’avant de partir vers l’étranger, les noms et la nationalité de ces enfants sont changés. A l’orphelinat de Kayanza, un enfant voulait partir vers le pays d’adoption à l’insu de sa famille. SOJEPAE est intervenue sur demande de son oncle, craignant qu’il soit livré à la prostitution ou aux travaux forcés, pour que l’enfant ne parte pas, précise David Ninganza. Il demande au ministère de la solidarité de suivre de près cette question et s’assurer que la réglementation sur l’adoption internationale au Burundi a été suivie. Suivez David Ninganza.

Clique pour écouter...

Publié le 28 / 01 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire